mardi 19 janvier 2010

Tintin au pays des comptables !


Ce n’est pas sans une certaine émotion que je suis tombé, dans un endroit très privé, où l’on s’adonne à des expulsions salutaires et hygiéniques, sur un vieil album de tintin intitulé « Tintin aux pays des soviets »

Vous allez sûrement vous demander pourquoi je vous parle de ce petit reporter belge, célèbre dans le monde entier, asexué et en culotte de golf, dont les exploits journalistiques ont ravi l’enfance de millions d’individus à travers le monde. C’est qu’une immense colère m’est soudain montée à la tête quand j’ai su qu’un chef d’état indigne, élu par défaut, excité comme un pou sur la tête d’un épileptique en pleine crise, s’était permis de critiquer deux journalistes de France3 qui se sont fait kidnapper en Afghanistan, par des hommes en armes.

Cet histrion inconséquent allant même jusqu’à menacer les deux « imprudents » de leur donner la facture des frais engagés pour leur recherche !

Mon esprit a vacillé pendant une fraction de seconde devant l’énormité de cette stupidité.

C’est que je me suis mis à repenser à tous ces reporters courageux, à ces vrais héros de l’information, morts dans des conflits armés, pour que nous ayons quelques lueurs de vérité sur ce qui s’y passait. A ce journaliste de Paris-Match mort, touché par un obus de char, à Budapest en révolte en 1956, par exemple ! Combien de ces courageux « soldats de l’information » sont partis, la caméra, le « nikkon » le magnéto en bandoulière pour aller faire leur métier, et ne sont pas revenus, victimes de leur « imprudence » ? Alors personne au monde, pas même un chef d’état, n’a le droit de leur interdire d’aller où ils veulent pour nous donner de vraies informations, et non des communiqués d’état-major ! Ils sont majeurs, assez grands pour savoir ce qu’ils font de leur vie et pour connaître les risques qu’ils encourent. Ils n’ont jamais demandé aux militaires français de prendre des risques pour aller les sauver. C’est à l’Honneur de ceux-ci de le faire « gratuitement » parce que, là aussi, c’est leur métier, et parce que ce sont des compatriotes et que leur vie est sacrée. Parler d’argent, de coûts, de frais, dans ces moments-là est parfaitement ignoble et indigne ! Par contre, on comprend bien ce qui pourrait gêner ce politique si jamais ces reporters démontraient (ce que nous savons déjà !) que cette guerre est monstrueuse, illégale, illégitime, ne sert en AUCUN cas les intérêts de la France, que nous y sommes allés pour servir de supplétifs dociles à un « empire » étranger qui ne veut pas se désigner comme tel, et qu’il l’est pourtant dans les faits, que le peuple français n’a jamais été consulté pour cette virée couteuse, etc.. !

Non ! Maintenant, il faut des « journalistes-fonctionnaires » « empaquetés » comme le disent si joliment nos « potes » d’outre-Atlantique ! Des journalistes aux ordres du pouvoir qui soient très « prudents » et qui restent bien au chaud dans les casernements.

Je n’attends qu’une chose, que nos compatriotes retrouvent la liberté, bien sûr ! Au grand soulagement de leur famille ! Mais que notre pantin politique mette sa menace à exécution !

Qu’il intente une action en justice contre ces hommes ou qu’il veuille leur faire payer leur aventure ! Pour une fois, la presse entière contre ce pouvoir à l’obscénité impudente ! Ce qui nous changera un peu ! Vous ne trouvez pas ?

Quant à notre pauvre Tintin, j’imagine son papa Hergé, à notre époque, refaire tous ces albums où l’on verrait sur la dernière page, notre reporter décortiquer ses notes de frais, faire face aux huissiers de justice et terminer dans le box des accusés d’un tribunal, répondre de ses « imprudences » journalistiques !

Enregistrer un commentaire