jeudi 15 janvier 2015

Le Diable est dans les détails



Cette expression, attribuée à Nietzsche, est très judicieuse pour bien vous expliquez ce qui m'a choqué ce matin.
Alain Bauer, éminent criminologue, spécialiste de sécurité et de lutte antiterroriste, franc-maçon notoire, et membre occasionnel du Bilderberg, nous faisait la « leçon » sur les dramatiques évènements de ces derniers jours. Pour se faire, il évoqua, bien naturellement, le conflit israélo-palestinien. Et c'est là que se glissa le petit « caillou » dans la chaussure de la démonstration. Vous savez, le petit «scrupule » dans le cothurne du légionnaire romain !
Au détour d'une phrase, que j'entendais dans un vague brouillard inattentif, j'ai surpris ce petit mot insignifiant, tout minuscule, presque invisible : « dits » ! Ah ! Il faut que je vous le place dans le contexte pour que vous compreniez mieux ! En parlant de la Palestine notre « frère trois points » s'exclama : « ….les territoires DITS occupés » ! Je sais que certaines subtilités de la langue française peuvent échapper à beaucoup de nos jeunes compatriotes très mal instruits par une éducation nationale en déroute ! Alors on va tenter de rectifier un manque possible.
La signification des  « territoires occupés » est légèrement différente de celle des « territoires dits occupés » ! Dans la première version les territoires sont occupés sans aucun doute possible. C'est une affirmation tranquille qui ne souffre d'aucune autre interprétation. Mais dans la deuxième version, tout est possible ! Ce petit mot, mine de rien, flanque tout par terre ! Il signifie que cette occupation n'est qu'un racontar, peut-être une galéjade ! Pire ! Une rumeur infondée propagée par des esprits dérangés, peut-être malhonnêtes, mais surtout incultes ! Vous saisissez maintenant l'ampleur du problème ?
Monsieur Bauer, qui est fin d'esprit, cultivé, n'a pas prononcé ce mot qui fâche, à la légère, par une « distraction » bien pardonnable. Non ! Non ! C'était un message subliminal lancé à des « amis », à des soutiens que je vous laisse deviner, et qu'il faut beaucoup ménager par les temps qui courent sous peine de graves ennuis!
Enregistrer un commentaire