lundi 8 février 2016

L'ARGENT DOIT ÊTRE UN BIEN PUBLIC.




Voilà ce que proclame le regretté Bernard Maris. De tous temps l'argent appartenait au "Prince", au "Roi", plus tard à la République. C'est à dire, à l'Etat, ou à celui qui le dirigeait. C'est un bien commun indispensable à la vie publique, exactement comme le sang est indispensable à la vie de notre corps. Il est donc scandaleux qu'il appartienne, aujourd'hui, exclusivement à des banques privées. C'est une usurpation monstrueuse qui n'aurait jamais dû avoir lieu. Le pouvoir politique a commis là, sa plus grande lâcheté. Cette lâcheté nous la payons tous, sans exception. Lâcheté qui a gangrené toute la finance mondiale. Pourtant, il y a plus de 25 siècles déjà, un grand philosophe grec nous avait averti en ces termes:
"L’argent étant une chose naturellement stérile, le fait de le faire croitre à partir de lui-même est une absurdité et une perversion de son rôle initial, qui est de servir à l’échange et non à l’augmentation… Nous devons haïr les hommes se faisant appeler banquiers, car ils s’enrichissent sans rien faire. »
Aristote, La Politique
La SEULE révolution nécessaire et utile c'est de mettre les banquiers véreux et cupides (pléonasme) en prison et que l'état reprenne immédiatement son pouvoir sur la finance. C'est tout!

Le message de Bernard Maris
Enregistrer un commentaire